MIGUEZE

ANaF BENIN > Actualiés > Nos projets > MIGUEZE

LE PROJET MIGUEZE: QUEL PARCOURS?

Contexte/justification du projet

Au Bénin, les obstacles à l’autonomisation des femmes agricultrices et qui sont à la base de leur situation précaire ont plusieurs causes : (i) l’analphabétisme ; (ii) Accès inégalitaire à l’information ; (iii) Règlement partial des conflits fonciers en défaveur des femmes. La proportion de femmes ayant recours au prêt pour accéder à la terre va jusqu’à 41% dans Zou/Collines (MCA-Bénin, 2010).Ce mode peut être source de conflits fonciers, lorsqu’il s’agit de prêt de longue durée. Dans les deux communes ciblées (Bantè et Savalou), la discrimination morale voire physique des femmes peut parfois prendre des proportions considérables :(a) Les limitations d’accès à la terre les rendant difficiles à l’application de nouvelles technologies agricoles ; (b) l’injustice faite aux femmes par leur accès limité aux ressources naturelles les rendant dépendantes financièrement ; (c) les organisations féminines ont très peu de capacités techniques et financières ; (d) Le manque de capitaux et l’absence des droits fonciers limitant sérieusement l’investissement financier des femmes ; (e) Les femmes sont négativement affectées par les conditions de l’accès aux financements formels exigeant des garanties; (f) Dans le domaine de la production agricole, les femmes sacrifient la meilleure partie de leur temps à leurs époux dans le champ familial au détriment de leur propres activités agricoles. Elles participent moins au processus de prise de décisions. C’est pour apporter quelques réponses aux problèmes que le projet Miguézé a été initié.

Structuration pyramidale

  • Base : environs 3000 groupements féminins avec 60000 membres individuels dont 500 hommes environs ;
  • 77 associations communales des femmes agricultrices (ACFA) ;
  • 12 associations départementales des femmes agricultrices (ADFA).

Mission

  1. améliorer les conditions de vie et de travail des productrices agricoles ;
  2. renforcer la position des productrices agricoles dans l’arène de développement.

Six axes stratégiques d’intervention

Axe 1 : Amélioration de la visibilité de l’ANaF

Axe 2 : Amélioration de la structuration et du fonctionnement de l’ANaF et de ses membres pour plus d’efficacité
Axe 3 : Amélioration du taux de couverture des services de l’ANaF sur le plan national
Axe 4 : Amélioration du pouvoir économique de la femme agricultrice
Axe 5 : Amélioration de l’autonomisation financière de l’ANaF
Axe 6 : Facilitation de la prise en compte des intérêts stratégiques des femmes agricultrices  dans les politiques publiques de l’état, au niveau des OP et autres acteurs de développement du secteur agricole.